Je vends des armes, pas du chocolat - Dennis McNew

Mon blogue

Je vends des armes, pas du chocolat

Je vends des armes, pas du chocolat - Dennis McNew

Depuis que je suis tout petit, je fréquente le monde des armes. Mon père est armurier et donc, forcément, j'ai passé toute mon enfance dans son magasin à jouer avec des armes. Ne vous inquiétez pas, ces armes étaient non chargées et bien sécurisées. Un passe-temps étrange pour un enfant, me direz-vous. Oui, c'est sûr, mais certains ont du chocolat à vendre, d'autres des voitures, et d'autres, comme mon oncle, fait du remplacement toiture shawinigan. Moi, mon père a toujours eu des armes à feu à vendre. Comme on dit, chacun son métier, chacun sa famille. Je ne peux pas dire que je suis passionné par la guerre et tout ce qui est relié aux armes, mais honnêtement, je ne sais rien faire d'autre que vendre des armes, et je le fais bien.

À l'âge où j'ai fait mon entrée dans le monde du travail, j'ai tout naturellement suivi les traces de mon père, et je me suis associé avec lui dans le magasin. Insatisfait de devoir rester derrière un comptoir toute la journée, j'ai décidé d'élargir les activités de mon père. Pourquoi vendre seulement des armes aux particuliers, alors que l'État et les sociétés privées sont les plus gros consommateurs d'armes ?

J'ai ainsi mis en place une offre et des tarifs spécialement conçus pour les entreprises et les gouvernements. Aujourd'hui, nous armons les différents corps policier, quelques agences gouvernementales, et bien sûr, toute personne dont le travail nécessite qu'il soit armé, et qui possède un permis émis par la GRC.

Notre chiffre d'affaires a bien évidemment évolué considérablement depuis mon arrivée dans l'entreprise, et je ne me considère pas vraiment comme un simple vendeur d'arme, mais plutôt comme un chef d'entreprise classique. Mon père lui, n'en revient pas de l'évolution de la compagnie dont le bilan n'avait pas évolué depuis plusieurs années. Mais il faut faire face à l'évolution des mentalités, et également, aux nouveaux besoins de la société.

Les États combattent, les gens se défendent, il y aura toujours quelqu'un pour leur vendre de l'armement, alors pourquoi pas nous ?